Le projet d’appui au Centre de traitement informatisé du Sénégal s’achève sur une note positive

L’informatisation des opérations des institutions de microfinance contribue à accroître la sécurité des transactions ainsi que la qualité et la fiabilité de l’information financière, rehaussant de la sorte la confiance des membres et clients tout en permettant une meilleure gouvernance des institutions elles-mêmes. C’est dans cet esprit que le ministère canadien des Affaires étrangères, du Commerce et du Développement (MAECD) confiait en 2009 à Développement international Desjardins (DID) le mandat de mettre en place un Centre de traitement informatisé au Sénégal. Réalisé entre mars 2009 et juin 2014, ce projet s’est conclu sur d’excellents résultats et laisse dans son sillage une organisation autonome et entièrement détenue par les institutions qui en sont membres.

Le projet avait pour objectif de doter les institutions de microfinance du Sénégal, particulièrement dans les régions rurales, de services technologiques modernes, abordables et sécuritaires permettant le traitement des opérations et l’amélioration des systèmes d’information et de gestion. Du même souffle, le projet devait permettre aux institutions isolées ou regroupées au sein de réseaux de petite taille de se conformer aux nouvelles exigences de la Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) en matière de comptabilité et de divulgation financière.

Des cibles largement dépassées

Alors que le projet prévoyait initialement l’informatisation de 36 institutions financières et un rayonnement touchant 36 000 membres, son bilan fait plutôt état de 76 institutions financières (regroupant 226 points de service) informatisées et de 197 000 membres touchés, ce qui constitue un dépassement considérable des cibles établies et confirme la pertinence du Centre de traitement informatisé du Sénégal (CTISN). Le projet a par ailleurs permis de former les employés et les dirigeants élus des institutions financières participantes relativement à l’utilisation des logiciels nouvellement implantés, aux principes de la comptabilité, à l’interprétation des ratios financiers et au métier de dirigeant.

Enfin, le projet aura procédé avec succès à la création du Groupement d’intérêt économique – Centre de traitement informatique du Sénégal (GIE-CTISN), une organisation entièrement sénégalaise dont sont propriétaires l’ensemble des institutions financières membres et ayant pour mandat d’assurer l’exploitation du centre de traitement informatique. Le GIE-CTISN est aujourd’hui un acteur incontournable du secteur sénégalais de la microfinance, qui contribue de façon significative au renforcement et à l’assainissement de ce dernier. Il est membre du réseau international Proxfin depuis septembre 2013.