Le Premier ministre canadien rencontre une représentante de DID à Dakar

Le 11 octobre dernier, la directrice du bureau régional de DID à Dakar, Paule Drouin, rencontrait  le Premier ministre canadien Stephen Harper et le ministre canadien de la Coopération internationale Julian Fantino alors qu’ils étaient de passage au Sénégal avant de se rendre à Kinshasa pour le Sommet de la Francophonie. Cette rencontre a eu lieu dans le cadre d’une table ronde réunissant cinq représentants d’entreprises canadiennes œuvrant dans la région ouest-africaine.

Les dignitaires se sont dits impressionnés par l’envergure des résultats associés aux 25 années d’engagement de DID au Sénégal et par l’importante contribution de notre organisation au développement socio-économique du pays, mais aussi de toute la sous-région ouest-africaine : 

  • Par la mise en place d’une institution financière coopérative, PAMÉCAS, qui joint aujourd’hui plus d’un demi-million de membres, affiche un actif de plus de 100 M $CAN et dispose d’un centre financier aux entrepreneurs favorisant l’essor de la petite entreprise.
  • Par la consolidation du secteur de la microfinance en Afrique de l’Ouest avec le regroupement de six grands réseaux coopératifs qui occupent plus de 60% du marché et constituent déjà une force économique importante touchant près de cinq millions de membres et clients, employant plus de 5000 personnes et comptant sur l’appui d’autant d’administrateurs élus, et affichant un actif total de près d’un milliard de dollars canadiens.
  • À l’échelle étatique, en appuyant la Banque Centrale des États d’Afrique de l’Ouest dans la mise en place d’un cadre réglementaire facilitant la supervision du secteur de la microfinance dans les huit pays de la sous-région.
  • Et au plan de la sécurité alimentaire, en concevant des produits innovateurs et adaptés aux besoins des petits producteurs en zones rurales (et tout particulièrement les femmes), en introduisant des systèmes de financement et d’assurance agricole et en mettant en place des mécanismes de protection et de gestion des risques pour le secteur agricole

Ensemble, ces interventions ont permis au fil des ans de structurer les secteurs financier et agricole d’Afrique de l’Ouest, d’accroître la souveraineté alimentaire, de renforcer les capacités locales et de générer des milliers d’emplois.

Ces résultats concrets et durables sont des exemples éloquents de l’impact positif de l’appui offert par le gouvernement canadien et l’Agence canadienne de développement international (ACDI) aux initiatives visant le partage de l’expertise canadienne avec les pays en développement et en émergence. À ce chapitre, soulignons que le partenariat qui lie l’ACDI et DID remonte à la création même de DID, en 1970.