Semaine du développement international : découvrez nos experts !

5 février 2016

Dans le cadre de la Semaine du développement international, découvrez Sylvain Dufour, conseiller en crédit agricole chez Développement international Desjardins, qui témoigne de son parcours professionnel, de son mandat à l’étranger et de sa vocation pour une carrière à l’international. 

  • Lieu de naissance : Causapscal, Vallée de la Matapédia
  • Poste : Conseiller en crédit agricole
  • Lieu de travail : Haïti
  • Langues parlées : Français, créole et anglais
  • Champ d’études : Baccalauréat en Administration des affaires, concentration Finance / Certificat en Planification financière / Programme en crédit commercial
  • Mandat : Accompagner les institutions financières haïtiennes dans le développement d’une offre professionnelle de crédit pour les agriculteurs.

« Quitter l’Afrique après plus de cinq années passionnantes a été déchirant, car j’y avais vécu une expérience tellement enrichissante sur le plan humain; arriver en Haïti m’a rapidement réconcilié car les Haïtiens sont accueillants et le programme de structuration du secteur agricole auquel je participe est réellement stimulant! ». Voilà ce qu’avait à partager sur son arrivée Sylvain Dufour qui, depuis 2011, a entrepris un mandat long terme pour Développement international Desjardins (DID) en Haïti.

Transposer le métier de financier dans un autre contexte

Détenteur d’une formation en finance, crédit et placements, Sylvain Dufour a acquis une expérience de travail significative (22 ans) au sein du Mouvement Desjardins. Il a d’ailleurs travaillé pour le Centre financier aux entreprises (CFE) du Bas-Saint-Laurent de 1989 à 2003 en tant que directeur de comptes entreprises, puis à la Caisse populaire Desjardins de la Vallée de la Matapédia de 2003 à 2005 en tant que planificateur financier. Depuis 2005, Sylvain transfère son expertise dans la réalisation de mandats à l’international: plus de 5 ans au Mali, au Burkina Faso et en Guinée Conakry pour y développer le secteur agricole et depuis 2011 en Haïti où il accompagne les institutions financières haïtiennes dans le développement d’une offre professionnelle de crédit pour les agriculteurs.

Un appui direct à la population

Sylvain est conseiller en crédit agricole au sein du programme Système de Financement et d’Assurances Agricoles en Haïti (SYFAAH). Avec ses collègues, il contribue à la croissance économique d’Haïti en appuyant la mise en place d’un environnement d’affaires qui stimule le financement des agroentrepreneurs haïtiens ainsi que leur contribution à la sécurité alimentaire et à la création de richesse dans le pays. « Mon rôle, c’est d’analyser les potentialités du marché agricole et d’appuyer les institutions financières dans la mise en place d’une spécialisation agricole au sein de leur service de crédit. »

Vivre à l’étranger : une vocation !

Fort de l’expérience qu’il a acquise au Mali, Sylvain Dufour croit que les personnes aptes à relever de tels défis le ressentent profondément. « Je pense qu’on le sait intérieurement quand on est fait pour cela. Souvent, on y pense depuis des années et on se sent interpellé par l’étranger. Nous sommes sûrement très humanistes et partageons, idéalement, les valeurs associées à la coopération. »

Enthousiaste et stimulé par les défis professionnels qu’il a constamment à relever, Sylvain Dufour souligne sa facilité d’adaptation : « En cas de besoin, je sais que je peux compter sur l’aide de mes collègues… mais je dois avouer que mon intégration à la vie haïtienne, tant sur le plan personnel que professionnel, s’est très bien passée. C’est comme si j’avais toujours vécu ici !  J’ai sûrement une vocation, car ça se passe souvent ainsi pour moi à l’étranger.»

La vie à l’étranger est certes différente de la vie au Québec, et Sylvain s’y adapte doucement : « La culture haïtienne est très riche; les auteurs haïtiens sont très prolifiques et la musique et l’art sont très intéressants, sans oublier la cuisine caribéenne qui, elle, est succulente ! Pour mieux m’imprégner du pays, j’ai appris à parler le créole, une langue dont j’adore les tournures et intonations. Maîtriser le créole m’a fait réaliser que les traits de caractère haïtiens sont très similaires à nos traits québécois.»

Son conseil ? « Il importe de prendre le temps d’arriver et ne pas chercher des solutions trop rapidement. Dans un cours que j’ai déjà suivi, on disait qu’il est important de prendre le temps de se faire des racines et de les laisser s’étendre d’elles-mêmes; de s’arrêter de temps en temps et d’observer. C’est mon humble avis et ça me sert bien. »

Pourquoi faire de la coopération internationale chez DID ?

« Travailler pour DID a toujours été un de mes objectifs de carrière. J’ai toujours voulu utiliser mon domaine d’expertise dans un contexte de développement international. J’ai découvert en DID une organisation bien implantée à l’étranger qui appuie particulièrement bien ses coopérants dans l’exercice de leurs fonctions. »