45 ans au service de l’inclusion financière

16 novembre 2015

Il y a 45 ans, le Mouvement Desjardins mettait en place une composante qui allait consacrer tous ses efforts à accroître l’inclusion financière dans les pays en développement et en émergence. 

Entre 1970 et 2015, Développement international Desjardins (DID) a aidé des millions de familles et d’entrepreneurs à accéder aux services financiers dont ils avaient besoin pour prendre soin des leurs et réaliser leurs projets. 

Pendant tout ce temps, l’engagement de DID n’a jamais cessé d’évoluer... tout comme les partenaires qu’il a appuyés au fil du temps. 

Voici les 4 grandes étapes qui ont marqué l’évolution de DID depuis sa création.

1970 : Créer des caisses là où les services financiers sont absents 

Au Québec, les caisses Desjardins ont joué un rôle majeur dans l’inclusion financière et l’émancipation de la société québécoise au cours du siècle dernier. 

Devant ce succès, plusieurs pays d’Afrique, d’Asie et d’ailleurs ont souhaité s’inspirer du modèle Desjardins dans le but d’accroître à leur tour l’accès aux services financiers auprès de leur propre population. 

C’est pour les accompagner dans leurs démarches que Desjardins a créé, en 1970, une organisation qui allait se dédier exclusivement au partage de son expérience avec les pays en développement et en émergence. 

Les premières interventions de DID visaient la mise en place de caisses populaires dans des régions marginalisées. C’est ainsi qu’en 1972, DID amorçait au Burkina Faso la création de caisses populaires inspirées du modèle Desjardins, mais dont la propriété et la gestion étaient assurées par la communauté locale. 

Ces caisses forment aujourd'hui le plus important réseau financier inclusif du pays avec plus de deux millions de membres et 185 points de service. 

Au fil des ans, DID a aussi mis en place des réseaux financiers coopératifs au Mali, en Lituanie et dans de nombreux autres pays.

Dans la plupart des cas, ces institutions financières sont devenues des leaders sur leurs marchés respectifs et jouent aujourd’hui un rôle déterminant dans la vie des populations qu’elles desservent. 

1990 : Des appuis de plus en plus spécialisés

Depuis leur création, ces institutions ont considérablement évolué et l’expertise de DID a dû en faire autant afin de demeurer pertinente. DID s’est donc spécialisé dans toutes les sphères reliées à la finance inclusive : 

  • Services financiers spécialisés :
    • financement agricole;
    • financement de l’habitat et de la petite entreprise;
    • assurance.
  • Solutions technologiques;
  • Surveillance financière;
  • Investissement;
  • Cadre légal;
  • etc.

Alors que l’organisation se consacrait à ses débuts à la création de caisses dans des zones où les services financiers étaient absents ou très peu disponibles, elle s’est ensuite tournée vers l’accompagnement d’institutions existantes dans leur évolution et leur modernisation. 

Toujours en s’inspirant du modèle Desjardins, DID a aidé un grand nombre d’institutions à : 

  • s’intégrer en réseaux bien structurés;
  • informatiser leurs opérations;
  • introduire de nouveaux produits financiers et services transactionnels spécialisés;
  • reconfigurer leur structure;
  • renforcer leur gouvernance. 

Dans plusieurs pays, DID a même accompagné les gouvernements dans l’adoption ou la révision de lois et règlements visant à mieux encadrer les coopératives financières.  

2002-2012 : Une décennie marquée par les développements technologiques 

En 2002, la grande majorité des institutions financières partenaires de DID opéraient encore en mode manuel. DID les a donc appuyées dans l’implantation d’un logiciel transactionnel qu’ont adopté plus d’un millier de caisses réparties dans une douzaine de pays. 

Ces travaux ont aussi amené DID à concevoir plusieurs solutions technologiques complémentaires que ses partenaires ont intégrées graduellement :

  • Application mobile permettant aux agents de crédit d’aller à la rencontre des membres et clients;
  • Système d’intelligence d’affaires permettant de consolider et d’interpréter les données financières de toutes les caisses d’un réseau;
  • Carte à puce;
  • Transactions intercaisses;
  • etc. 

Ces solutions technologiques permettent aux institutions financières d’offrir des services de proximité, sécuritaires et abordables. Elles jouent un rôle crucial dans la performance tant sociale que financière de ces institutions. 

2015 : Des projets à portée nationale… et plus encore 

La réputation de DID lui vaut d’être désormais sollicité par de nombreux gouvernements, organisations internationales, fondations et autres bailleurs de fonds pour réaliser des mandats de grande envergure, dont les retombées s’étendent à l’échelle des pays ou groupes de pays visés. 

Au Bénin par exemple, DID a affirmé son leadership avec le programme d’appui au secteur de la microfinance (PASMIF) visant à renforcer et à assainir l’ensemble du secteur au profit des épargnants. 

À terme, ce programme d’une durée de 7 ans permettra aux Béninois de bénéficier d’un secteur de la microfinance davantage adapté à leurs besoins et dans lequel ils peuvent avoir pleinement confiance. 

En Haïti, en Colombie et au Mali, DID participe au développement de l’ensemble du secteur financier agricole en collaborant avec de nombreux acteurs locaux allant des institutions de microfinance aux gouvernements, en passant par des groupes de producteurs agricoles. 

Toujours en Haïti, DID vient d’entamer un nouveau mandat d’envergure qui vise à stimuler l’entrepreneuriat en améliorant l’offre de services financiers et non financiers pour les micro, petites et moyennes entreprises haïtiennes. 

Ces projets sont souvent réalisés en collaboration avec d’autres organisations, telle Financière agricole du Québec – Développement international au Canada, et plusieurs ministères (Agriculture, Finance, Industrie et Commerce) dans les pays concernés. 

Ils ont tous pour but de structurer et de rendre plus inclusif le secteur financier, parfois avec un accent sur le développement agricole, parfois en visant davantage le développement de la petite entreprise. 

Dans tous les cas, ces projets contribuent à assurer la sécurité alimentaire, la croissance économique et l’amélioration des conditions de vie des communautés. 

Pour en connaître davantage sur les projets que mène DID : www.did.qc.ca/nos-projets