Appui au secteur de la microfinance du Bénin (PASMIF-Bénin) Pays: Bénin

Partenaires de financement

  • Affaires mondiales Canada

Partenaires de réalisation

  • Fédération des caisses d'épargne et de crédit agricole mutuel du Bénin (FECECAM)
  • Consortium ALAFIA (Association Nationale des Praticiens de la Microfinance du Bénin)
  • Direction générale de la Microfinance du Bénin
  • Cellule de surveillance des systèmes financiers décentralisés (CS-SFD) du Ministère de l’Économie et des Finances du Bénin (MEF)

Description du projet

Le programme PASMIF est un appui au secteur de microfinance au Bénin et
celui-ci consiste notamment, avec les partenaires étatiques et privés, à :
(i) assainir le secteur de microfinance par un plus grand enregistrement des
structures viables, par des regroupements stratégiques et, par la suite,
favoriser le développement des institutions par l’entremise de l’Association
professionnelle ; (ii) à professionnaliser et à renforcer le réseau
« FECECAM » et aussi en spécialisant le crédit aux entrepreneurs au
sein d’un Centre financier aux entrepreneurs (CFE).

 

Le PASMIF-Bénin appuie quatre organisations ayant des rôles déterminants dans l’assainissement et la croissance du secteur, soient :

1) La Direction générale de la microfinance relevant du Ministère de la jeunesse, de
la microfinance, de l’Emploi des Jeunes et des Femmes du Bénin (MMFEJF) à qui
incombe la responsabilité de la mise en œuvre et du suivi de la Stratégie nationale de la microfinance 2007-2015. Celle-ci sera appuyée par un Comité national de la microfinance
(CNM) lequel sera responsable principalement de la concertation de tous les
acteurs du secteur, principalement les autorités ministérielles, l’Association
professionnelle et les bailleurs de fonds.

2) La Cellule de surveillance des systèmes financiers décentralisés (CS-SFD) du
Ministère de l’Économie et des Finances du Bénin (MEF), qui a pour fonction
d’appliquer au Bénin la réglementation des structures de microfinance en
matière de contrôle des opérateurs.

3) La FECECAM, une fédération qui comporte 7 délégations régionales et
regroupant 65 caisses d’épargne et de crédit, 25 points de services
et ce, répartis sur le territoire national. Les caisses desservent
approximativement 580 000 membres qui sont des personnes à faible
revenu. De ce nombre de membres, approximativement 200 000 sont des
femmes. De plus, de par un appui particulier à un regroupement de caisses
ciblées, le projet prévoit créer un Centre financier pour les entrepreneurs
(CFE) qui offre des services financiers adaptés aux petits entrepreneurs.

4) Le Consortium ALAFIA, appelé à se transformer selon les paramètres des nouvelles
dispositions de la loi PARMEC, en Association professionnelle des services
financiers décentralisés (AP-SFC) à laquelle, d’ailleurs toutes les
institutions de microfinance (IMF) auront l’obligation d’adhérer.

5) La mise en place d’une unité d’accompagnement, laquelle complètera les
plans de travail et suivra les ententes avec les partenaires.