Retour aux nouvelles

17 juillet 2013

« Prendre le temps d’écouter les gens avec qui l’on travaille est un facteur très important », raconte Sarah

  • « Prendre le temps d’écouter les gens avec qui l’on travaille est un facteur  très important », raconte Sarah

Avant son départ pour Panama City en Amérique centrale, nous avons demandé à Sarah Gihanne Louis (à droite sur la photo) quel talent ou quelle aptitude/habileté lui serait particulièrement utile dans le cadre de l’expérience qu’elle s’apprêtait à vivre?

Elle avait alors répondu ceci :

« La volonté de se familiariser à de nouvelles façons de faire. Le désir d'apprendre et de contribuer. »

Quelques semaines après le début de son stage, nous lui avons demandé si ces aptitudes lui étaient bel et bien utiles et de quelle façon…

DID : Sarah, après quelques semaines en mandat au CFE de Panama City, es-tu du même avis? Est-ce que ton désir d’apprendre et de contribuer est toujours aussi présent?

Sarah : « Ma volonté de me familiariser avec  de nouvelles façons de faire s’est davantage accentuée depuis  mon arrivée au Panama.

Le contexte de travail au Centro financiero empresarial de Panama et les défis professionnels diffèrent du contexte canadien, néanmoins je m’adapte sans trop grande difficulté à ce nouvel environnement.

L’envie  de collaborer et de  comprendre les  défis rencontrés par mes collègues dans les opérations quotidiennes  me poussent à vouloir m’améliorer dans mon travail afin de bénéficier de leur soutien dans la quête de solutions adaptées au contexte.

Prendre le temps d’écouter les gens avec qui l’on travaille est un facteur  très important. En écoutant, en posant des questions, en prenant connaissance des méthodes antérieurement en vigueur, nous arrivons à construire, ensemble, des outils qui pourraient contribuer au succès déjà vif de l’entreprise. »

***

Au Panama, Sarah travaille en collaboration avec plusieurs professionnels panaméens de la finance et des collègues de DID qui sont en affectation long terme dans ce pays, soit Bruno Arsenault, directeur du CFE; et Patricia Riopel, conseillère aux opérations CFE.

Retour aux blogue