Retour aux nouvelles

13 novembre 2013

Laurie Marmet est de retour du Panama

  • Laurie Marmet est de retour du Panama

Il y a quelques jours, Laurie Marmet disait aurevoir au Panama. Après y avoir complété un stage professionnel de six mois en microfinance, elle est rentrée au Québec… et nous raconte ses impressions dans ce billet.

« Le 7 mai dernier, quelques jours après avoir terminé mes examens universitaires, j’ai sauté dans l’avion en direction de Panama City afin d’entamer un stage de 6 mois au sein du Centro Financiero Empresarial.

L’idée de vivre les défis quotidiens d’un centre financier de microfinance m’animait énormément. Je voyais ce stage comme un incontournable à l’intérieur de mon cheminement professionnel, bref un réel tremplin pour ma carrière en gestion! »

La culture latine est…

« Tout au long de mon stage, je me suis senti très bien encadré par DID; je savais qu’ils étaient loin, mais présent! Mon intégration au CFE s’est très bien passée.

La culture latine est constituée d’individus tellement ouverts et généreux que je n’ai rencontré aucun problème de ce côté et je me suis rapidement liée d’amitié avec plusieurs collègues.

Également, comme j’ai travaillé la majorité du temps en espagnol, j'avais plusieurs opportunités pour me pratiquer et j'ai pu m'améliorer considérablement. Aujourd'hui, je communique beaucoup plus aisément et je crois que c’est un grand plus pour sur le plan professionnel de parler une 3ème langue. »

Les petits entrepreneurs, trop souvent mis de côté

« Sur place, j’ai découvert et constaté que la majorité des banques du Panama offre des prêts aux moyens ou gros entrepreneurs du pays laissant ainsi les petits entrepreneurs de côté. Comme ceux-ci sont nombreux, il devient primordial de leur offrir des services et outils financiers afin de favoriser leur développement et afin d’augmenter, du même coup, l’activité économique du pays.

C’est d’ailleurs exactement le rôle que joue le CFE du Panama en offrant des prêts à l’intérieur du créneau le moins desservi, soit de 1000$ et 30 000$. Grâce à ce soutien, les entreprises peuvent avoir un financement approprié à leurs besoins ce qui engendre une augmentation de l’offre d’emplois du pays ainsi qu’un meilleur développement économique des régions. De ces faits, la croissance est mieux soutenue et un sentiment de fierté est entretenu chez le peuple panaméen.

De plus, près de la moitié du portefeuille de prêts du CFE Panama est octroyé à des femmes! Cette statistique démontre que l’accès aux services financiers pour les entrepreneurs panaméens est autant possible chez la femme que l’homme et la femme en profite pour prendre de plus en plus sa place au sein de l’économie. »

Ce que j’ai le plus apprécié…

« Ce que j’ai le plus apprécié dans cette expérience est le parfait équilibre qu’il y a eu entre l’enrichissante expérience professionnelle en microfinance et l’expérience personnelle inoubliable que j’ai eu la chance de vivre. Également, le stage m’a fait réaliser que j’aime beaucoup plus la gestion en général que la comptabilité; j’ai donc réorienté mon programme de 2e cycle. Je commencerai en janvier 2014 le MBA en gestion internationale à l’Université Laval. »

Laurie Marmet est de retour au Québec et a réintégré le marché du travail, plus particulièrement dans un mandat auprès de Desjardins sécurité financière.

Retour aux blogue