Retour aux nouvelles

28 juin 2013

Est-ce que la vie les destinait à cette expérience?

  • Est-ce que la vie les destinait à cette expérience?

À quelques jours du grand départ, nous avons posé ces deux questions aux stagiaires… voyons un peu ce qu’ils ont répondu, dans la fébrilité et le rythme effréné des préparatifs à un séjour de six mois dans un pays étranger! 

DID : Croyez-vous que la vie vous destinait à vivre cette expérience? Si oui, racontez un peu pourquoi...

Hamza Atouani : « Je ne sais pas si c'est ma destinée, mais cette expérience entre dans mon plan que je me suis fait il y a deux ans lorsque je me demandais comment je voulais vivre ma vie. »

Emilie Morissette Grégoire : « Je ne pense pas qu’il soit question de destinée, puisque le destin suggère une certaine passivité. Cette passivité ne permet pas de prendre le contrôle sur sa vie et donne ainsi libre cours à ce qui nous arrive. Il s’agit simplement pour moi d’avoir trouvé le moyen d’atteindre un objectif personnel et professionnel. »

Tantine Umurerwa : « Décembre dernier, je suis retournée visiter Kigali, ma ville natale, pour la première fois après 13 ans. On me demandait souvent si j'aimerais revenir en Afrique. Il est vrai que cela m'intéressait, mais après tant d'années… je crois qu’une expérience d'une courte période (six mois) me mettra au défi à savoir si je m'y plairai. De plus, le lendemain de mon entrevue chez DID, j'ai pu faire les arrangements. Le temps d'un souper entre amis et mon appartement était loué pour la durée de mon absence. Alors, est ce que la vie me destinait à vivre cette expérience? C'était écrit dans le ciel... »

Naïma Nsiri : « Absolument!!! J'ai eu la piqûre du voyage depuis que je suis toute petite. À travers mon cursus académique, j'ai compris que le domaine de la gestion était le chemin que je voulais prendre pour ma carrière. De ce fait, cette expérience est le mariage entre la carrière et ma passion. »

Shariff Côté : « Lorsque j'étais plus jeune, je n’aurais jamais deviné que j'allais un jour travailler pendant une période aussi longue en Afrique. J'ai grandi dans une région relativement rurale du Québec. À l'époque où j'ai commencé l'université, même déménager dans la capitale me semblait dépaysant alors l'Afrique... » 

DID : Dans votre entourage immédiat (famille, amis, conjoint/e, collègues), qu'est-ce que votre départ représente? Comment ont-ils réagi à l'annonce de votre sélection parmi le groupe de stagiaires?

Vincent Bolduc : « Mon départ, c'est le début de mon indépendance pour ma famille. Ce sera la première fois que je ne serai plus avec eux de façon régulière. Outre ce fait, ils me trouvent chanceux de pouvoir vivre une telle expérience et ils sont très fiers de voir que je me suis rendu où je suis. »

Jeanne Brassard : « Pour mon entourage, mon départ représente une occasion d'acquérir de l'expérience dans mon domaine d'étude. Ils sont tous très enthousiastes et encourageants face à mon départ. »

Manewa Kamgueu-Kamga : « Ma famille est très contente pour moi et pense que c'est une très bonne expérience, une belle façon de faire étendre mon réseau et surtout de voir qu'est ce qui se fait ailleurs. »

Sarah Gihanne Louis : « Mon départ représente une opportunité idéale pour développer mon parcours professionnel. Mon entourage m'a félicité à l'annonce de ma sélection. »

Laurie Marmet : « Tout le monde était très excité et emballé par le projet. J'ai reçu beaucoup de félicitations et d'encouragements. Je me suis sentie supportée par mes proches. » 

Retour aux blogue